Développement personnel

Faire passer ses intentions en changeant son expression : retour d’expérience

"Un de mes collaborateurs m’a appelée ce soir et m’a spontanément parlé de la réunion de cet après-midi en me disant qu’il m’avait trouvée très différente, très zen, très sereine et qu’il trouvait même que mon timbre de voix avait changé ! Il m’a demandé si d’autres personnes m’avaient fait la remarque parce que, pour lui, le changement était flagrant ! Quelle satisfaction de savoir que le changement a été perçu de façon aussi évidente au point d’amener une personne de mon équipe à vouloir me faire part de sa satisfaction et à échanger avec moi sur le sujet !". Retour sur un coaching réalisé par Annie Leibovitz, coach et comédienne, auprès de la Responsable de région d’une grande entreprise française.

Le contexte : réaligner expression et intention, verbal et non verbal


L’objectif de Mme X dans sa relation avec les membres de son équipe, aussi bien en individuel qu’en collectif, était d’aider et d’accompagner ses collaborateurs pour les faire progresser. Sa communication managériale, paradoxalement, donnait un sentiment "d’autoritarisme" dans la manière de faire passer le message, le non verbal étant en décalage avec le verbal,  donc l’expression non cohérente avec l’intention.
Lors d’un point avec l’un de ses collaborateurs sur l’activité, Mme X a créé un véritable dialogue en posant des questions ouvertes censées laisser la place à des réponses libres, a apporté des informations essentielles, a félicité le collaborateur, etc.
Tous les ingrédients étaient a priori réunis pour créer un véritable climat "d’égal à égal", sauf que :
• les réactions de son interlocuteur étaient en alternance : doute ou défensive, pour terminer par une attitude de "soumission" ;
• et surtout, Mme X se trouvait en situation de stress : respiration courte, rythme rapide, voix montant dans les aigus et accélérant à certains moments de l’entretien, laissant paraître un sentiment d’énervement.

Déclencher le passage d’un état à un autre


Pour changer, il est nécessaire d’avoir conscience de la nécessité de ce changement et d’envisager de modifier ses habitudes dans un avenir relativement proche. Le rôle du coach va être de permettre à la personne de bénéficier d’un soutien et d’envoyer des stimuli pour provoquer une rupture entre deux modes de fonctionnement.

Pour passer de la tension permanente à une relation sereine, et donc plus chaleureuse, constructive et efficace, il s’agit dans un premier temps de :
• faire prendre conscience de la réalité perçue et de la nécessité de changer l’intonation et le rythme de sa voix ;
• repérer ensemble les moments concrets et précis où l’intonation, le rythme et la voix s’accélèrent ;
• analyser ensemble à quoi correspondent ces moments et que ressent Mme X précisément dans ces moments-là ;
• identifier les avantages à retirer d’un changement d’expression dans ces situations ;
• se préparer et s’entraîner en répétant le scénario différemment et en utilisant des techniques telles que : la respiration, le rythme, les pauses, la voix, l’intonation...

Puis, dans un second temps de :
• passer à l’action immédiatement dans l’entretien ou lors de la réunion suivante, en modifiant ses habitudes de comportement : concentrer son énergie et son attention dans des situations repérées et définies ensemble, à l’avance ;
• ressentir la satisfaction et l’impact de ce changement de comportement sur soi et  sur les autres.

Travailler sur son comportement externe pour influencer son état interne


Le fait de travailler sur le comportement externe permet d’influencer l’état interne : quand je me comporte de telle manière, à quel état cela équivaut-il à l’intérieur ?
Cette approche se fait en priorité par l’extériorisation, qui consiste plus en un travail technique, notamment sur la voix, le regard, la respiration, le rythme, les ruptures, les silences, la posture… Cela ne demande pas forcément de chercher à comprendre dans l’immédiat, mais simplement de passer à l’action et de s’entraîner.

Une deuxième approche par l’intériorisation ("chercher mon jeu intérieur") consiste à travailler sur sa propre vérité et sur le sens : « Quel est le sens que je veux donner à cette situation, à mon  "personnage" ? Qu’est-ce qui m’appartient et que je pourrais mettre au service du jeu et qu’est-ce qui ne m’appartient pas vraiment ? Quelles sont mes croyances à ce moment-là ? Dois-je en changer ? Comment m’en servir et quelle intention donner à cet état ? ».
En travaillant sur cet état intérieur, la personne travaille l’intention (que nous appelons "sous-texte" au théâtre, ou "objectif" en PNL) et donc l’effet sur le public.  

En conclusion, une perception sensorielle déclenche un état interne ou un processus cognitif qui produit un comportement externe. En travaillant sur le comportement externe, dans un premier temps, cela permet de « se surprendre » et de découvrir des ressources jusque-là inconnues, ce qui influence la transformation de certaines croyances négatives en croyances positives et permet ainsi de changer de représentation, de vision du monde !

Il existe une très forte interaction entre le comportement et la pensée. S’il est évident que la pensée influence le comportement, nous savons aujourd’hui que le comportement influence aussi de façon certaine la pensée.

Annie Leibovitz, Coach certifiée, formatrice et comédienne
31/08/15
  Imprimer Imprimer Cet article sur votre blog
  Envoyer à un ami/collègue Envoyer à un ami/collèguePartager sur les réseaux sociaux : Facebook Twitter LinkedIn Viadeo
Liste d'articles relatifs à ce sujet : Efficacité à l'oral ; Connaissance de soi / Emotions
Notre sélection de formation en partenariat avec Comundi.fr :
 
Ne pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimer
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire.
Pour réagir à cet article, identifiez-vous ou créez un compte.

Newsletter
Test
Quel stressé êtes-vous ?

Etre Bien au Travail : 5 bonnes raisons de s'inscrire
Notre sélection de Formations