Développement personnel

J’ai testé… un coaching dans un jardin

Des fleurs

C’est scientifiquement prouvé : la nature est le lieu idéal pour réduire le stress et prendre du champ. J’en ai fait l’expérience dans un atelier d’accompagnement mené par Jean-Luc Chavanis, concepteur de la méthode Métanature.

Vendredi 24 juin, 18h30, Parc des Buttes Chaumont, à Paris. Je pousse timidement la grille du parc, entre la rue Botzaris et l’avenue Simon Bolivar. J’ai rendez-vous pour ma première séance de coaching… dans un jardin ! Un brin sceptique, j’hésite… Tant pis, allons-y ! Se mettre au vert pour y voir plus clair, l’idée est décalée, mais elle me plaît.


Je rejoins le groupe de participants et suis accueillie par notre accompagnateur, le coach Jean-Luc Chavanis*. C’est lui qui va nous guider dans les allées escarpées de ce jardin, nous éclairer dans les méandres de nos pensées et les dédales sinueux de l’inconscient. Patiemment, pas à pas.

Nous voilà partis pour 2 heures de balade. Dans cet atelier, il y a notamment des habitués : Valérie, assistante administrative, vient simplement décompresser et se ressourcer après le bureau. Léa cherche ici le souffle qui fera peut-être germer ses projets. Bénédicte, DRH dans un groupe industriel, découvre comme moi la méthode Métanature.

Notre coach plante le décor : « En vous promenant, chacun d’entre vous va choisir un élément de la nature évocateur à ses yeux, celui qui reflète le mieux son état ou ses préoccupations du moment », annonce-t-il. En somme, une façon ludique et pudique d’aider chacun à verbaliser son ressenti, son stress ou ses peurs, sans se livrer de façon trop directe.

La nature agit sur notre état de bien-être

Ce cheminement métaphorique n’a rien d’ésotérique. En stimulant nos sens, la nature facilite l’expression verbale et le lâcher prise. Notre coach nous confirme que les effets positifs de la nature sur le corps et le mental ont été scientifiquement démontrés : « En moins de 5 minutes au contact de la nature, la crispation musculaire diminue, l’activité électrique du cerveau ralentit, les tensions se dissipent », explique Jean-Luc Chavanis, qui se réfère aux théories de l’ortithérapie, la thérapie basée sur l’utilisation des plantes et du jardinage pour améliorer la santé physique et psychique.
Pas étonnant que sa méthode d’accompagnement « hors les murs » soit de plus en plus prisée dans les entreprises, par exemple, pour gérer le stress, favoriser la communication dans une équipe ou renouer le dialogue après un conflit.

De la métaphore au plan d’actions

Du haut de la colline qui surplombe l’avenue Simon Bolivar, je scrute le paysage en quête de ma métaphore botanique parfaite. Chaque participant en fait de même. « Moi, je choisis cet arbre-là ! » lance Christine, le doigt pointé vers un arbuste trapu écrasé sous le poids de branches pesantes. Jean-Luc l’aide à décoder l’image. Il questionne, reformule, suggère. Subtil, mais tenace. Tout l’éclaire : un mot, un regard… « Cet arbre, qu’est-ce qu’il représente pour vous ? », demande-t-il à Christine. « Eh bien… il me représente, croulant sous la charge de travail, au bout du rouleau ! », répond la jeune femme, qui prend ainsi conscience du peu de temps qu’elle s’accorde à elle-même.

C’est mon tour. J’invite le groupe à me suivre, en direction d’un étroit chemin ombragé, à l’écart des promeneurs. « Qu’est ce qui vous a fait choisir ce chemin ombragé plutôt que cette large allée ensoleillée ? » me demande le coach. « Je me sens plus à l’abri, je n’aime pas trop m’exposer… Même si cela me désavantage quelque fois ! » La prise de conscience est souvent flagrante.

Comme pour Marc, un commercial démotivé par son job routinier. Ce qu’il a choisi ? Un banc, adossé contre un arbre. L’endroit idéal, selon lui, pour contempler le lac situé en vis-à-vis. Rien de bien mobile en somme ! Ce décor naturel lui a servi de miroir : aux questions du coach, il a vite réalisé que ce qu’il avait choisi symbolisait son manque de dynamisme, son inertie. Pas facile de l’admettre, mais utile pour prendre un nouveau départ et se remotiver !

Car dans cet atelier, Jean-Luc nous rappelle que l’objectif n’est pas de s’appesantir sur notre ressenti. L’important, c’est de réagir, de traduire nos évocations en solutions et en plans d’actions.

Parenthèse

La promenade touche à sa fin, je me sens plutôt bien. Dans le groupe, maintenant on se tutoie, on s’appelle par son prénom. Un regard bienveillant, un mot d’encouragement … 2 heures de cheminement et les barrières sont tombées, comme si, par magie, les senteurs et les couleurs avaient agi ! Derrière les grilles des Buttes Chaumont, rue Simon Bolivar, c’est l’heure de pointe. J’aurais bien envie de rester encore un peu dans ce jardin intérieur, au calme.  Je me dis que cette promenade loin des sentiers battus vaut décidément le détour. Comme si elle avait suscité l’envie de bouger, de positiver. Une jolie parenthèse. Comme ça, juste pour le plaisir de se ressourcer.

*Auteur du livre : « Ces jardins qui nous aident » (Le Courrier du livre)
Marie-José Gava, Médiatrice certifiée en résolution de conflits, Journaliste RH
12/07/11
  Imprimer Imprimer Cet article sur votre blog
  Envoyer à un ami/collègue Envoyer à un ami/collèguePartager sur les réseaux sociaux : Facebook Twitter LinkedIn Viadeo
Liste d'articles relatifs à ce sujet : Coaching
Notre sélection de formation en partenariat avec Comundi.fr :
 
Ne pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimer
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire.
Pour réagir à cet article, identifiez-vous ou créez un compte.

Newsletter
Test
Êtes-vous un combatif ?

Etre Bien au Travail : 5 bonnes raisons de s'inscrire
Notre sélection de Formations