Décrire ses émotions : une clef de maîtrise de soi

Homme perplexe avec un dossier rouge

Certains n’ont pas de mot pour décrire leurs émotions parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils ressentent, comme cette jeune cambodgienne retrouvée en 2007, après 18 ans passés seule dans la jungle et qui n’exprimait plus aucune émotion, ne savait plus parler.

L’alexithymique n’a pas de mot pour décrire ses sentiments parce qu’il est incapable de connaître leur nature. Il ne sait pas ce qu’il ressent et cela entraîne une confusion permanente entre ses douleurs affectives et ses douleurs physiques. On dit qu’il somatise.


Les managers de culture scientifique et technique n’ont souvent pas les mots pour exprimer ce qu’ils ressentent. Quant aux gens déprimés qui n’ont plus de désir, ni de plaisir, ils sont incapables de parler de leur tristesse ou de leur stress. Ils ne parviennent pas à identifier leurs sentiments, deviennent irritables et nerveux et sont de plus en plus dépressifs.

Mieux communiquer et mieux contrôler l’émotion

Tant que je suis incapable d’identifier mes émotions, je ne peux ni en parler, ni comprendre les émotions des autres, ce que l’on appelle l’Empathie. La communication et les relations sont plus difficiles en famille et au travail. Par exemple, les enfants et adolescents communiquent spontanément sur le mode émotionnel. Donc si je ne me mets pas sur le même plan, la communication est très difficile. Les conflits sont aussi plus nombreux et je risque de somatiser.
Au contraire, quand j’identifie précisément ce que je ressens, je peux remonter aux sources de l’émotion, repérer l’émotion cachée derrière celle qui est visible : la jalousie derrière la colère ou la frustration derrière l’agressivité. Je peux même visualiser l’émotion sur une échelle imaginaire pour mieux la contrôler. Et je peux ainsi trouver la réponse la mieux adaptée.

Nommer précisément ce que l’on ressent

La première chose à faire pour mieux contrôler ses émotions est donc de reconnaître et de nommer exactement dans le détail ce que l’on ressent, au moment où on le ressent, surtout pour les émotions négatives (colère, peur, tristesse, dégoût, jalousie, honte…), qui sont les plus difficiles à contrôler. Par exemple, dans les actions de médiation entre des jeunes qui se sont « embrouillés », on commence par faire un bilan des ressentis. Et dans cette nouvelle thérapie à distance (web-thérapie), des patients qui ont subi des traumatismes sévères comme les Irakiens, décrivent par e-mail, ce qu’ils ont vécu et ce qu’ils ont ressenti, précisément et dans le détail.
Voici un moyen assez simple pour identifier ce que je ressens : je me parle en étant le plus précis possible et en commençant mes phrases par « Je », sans détour et sans prendre de gant. « Qu’est-ce qui m’arrive exactement, ici et maintenant ? », « Je suis très énervé quand je suis coincé dans les embouteillages », « Je suis d’une humeur massacrante ce matin. Tout le monde m’exaspère. J’en ai des picotements dans le dos et les mains », « Je suis terriblement jaloux en ce moment, cela me rend agressif et triste ».

Prendre conscience des pensées associées

Mais pour que cela fonctionne au mieux, il faut prendre conscience non seulement des émotions, mais aussi des pensées qui y sont associées, par exemple : « Je suis très énervé quand je suis coincé dans les embouteillages, j’ai l’impression d’être inutile, de perdre mon temps, de ne rien faire d’intéressant, d’être comme tous ces idiots, d’augmenter la pollution, de fatiguer ma voiture, de m’ankyloser… ».
S’efforcer de passer d’un désordre affectif vague « Je n’ai pas le moral » à quelque chose de plus précis, comme « Je suis contrarié, je suis énervé, je suis en colère, je suis triste… parce que… » est une clef de maîtrise de soi.

Henry Ranchon, Coach, Universitaire
22/03/10
  Imprimer Imprimer Cet article sur votre blog
  Envoyer à un ami/collègue Envoyer à un ami/collèguePartager sur les réseaux sociaux : Facebook Twitter LinkedIn Viadeo
Liste d'articles relatifs à ce sujet : Connaissance de soi / Emotions
Notre sélection de formation en partenariat avec Comundi.fr :
 
Ne pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimerNe pas supprimer
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire.
Pour réagir à cet article, identifiez-vous ou créez un compte.

Newsletter
Test
Êtes-vous un combatif ?

Etre Bien au Travail : 5 bonnes raisons de s'inscrire